La housse chauffante pour pneus de Formule 1 fête bientôt ses 40 ans

Inventées dans les années 70 par Antoine Véla au Mans, les couvertures chauffantes pour pneus de Formule 1 fêteront leur 40 ans l’an prochain. Petit retour sur l’histoire de l’inventeur et de son entreprise qui a fait faire un grand pas au marché des produits chauffants pour engins motorisés à destination des professionnels et des particuliers.

La naissance de l’idée

C’est lors d’un déjeuner d’entreprise au restaurant du Jet-d’Eau en 1977 qu’un des amis mécanicien en écuries d’Antoine Véla lui a expliqué la difficulté, lors des courses de Formule 1, de préchauffer les pneus en début de course. Jusqu’alors au service de Chromex (actuellement groupe Leblanc), pour qui travaillait sur des produits chauffants depuis 1968, Antoine Véla lui explique son domaine de recherche et lui assure pouvoir mettre au point une solution pour que les pneus puisse atteindre la centaine de degrés nécessaires à l’adhérence des pneus de voitures de compétition en début de courses. En effet, si cette température n’est pas atteinte, les pneumatiques glissent sur le circuit comme un savon.

Une entreprise de famille

Aidé de son épouse Claudie, il fonde donc sa propre entreprise, et invente les premières couvertures chauffantes pour les slicks de Formule 1. Il leur a tout de même fallu plusieurs mois de recherche avant d’en arriver à une version brevetable, avec un tissu souple mais résistant à la chaleur, et c’est en 1977 qu’ils déposent le brevet à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). C’est l’écurie Ligier qui en bénéficie en premier, pour une somme qui s’élevait à l’époque à presque 5000 francs pour les housses chauffantes des quatre pneus. Aujourd’hui, la compagnie est devenu une entreprise familiale, avec Aurélie, la fille d’Antoine et Claudine, aux commandes de la partie commerciale, et Nicolas Grenier, leur gendre, en charge de la logistique.

Un domaine en voie de diversification

Malheureusement, à l’époque de la mise sur le marché des couvertures chauffantes, la jeune entreprise manquait de fonds et ne pouvait pas se permettre de déposer un brevet dans le reste du monde, voire même dans les pays adeptes de Formule 1. Bon nombre de sociétés ont alors repris le concept des accessoires chauffants pour engins motorisés, tels des poignées de motos chauffantes ou des couvertures chauffantes pour moto également. Mais Antoine Véla reste fort d’idées, et conçoit encore de nouveaux produits, maintenant soutenus pas le Crédit Agricole et le CIC.

Auteur: Quentin

Etudiant et passionné par la conduite automobile, je vous livre mon expertise dans un domaine que je connais bien : les pneus.

Partagez cet article

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *